Les agriculteurs responsables des algues vertes et en plus de l'augmentation du prix de l'eau !

Les agriculteurs responsables des algues vertes et en plus de l'augmentation du prix de l'eau, un raccourci facile !

Beaucoup d'articles parlent du rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD), sur le coût induit sur la facture d'eau des particuliers par les pollutions diffuses agricoles. Il serait compris entre 640 et 1140 millions d'euros, soit 7 à 12% de cette facture en moyenne nationale.

Il est facile de jeter la pierre aux agriculteurs alors que depuis la fin de la première guerre mondiale on leur a demandé de produire de façon intensive à coups de subventions de l'état et de l'Europe. La responsabilité n'est-elle pas aussi politique?

Pour les ménages habitant les localités les plus exposées aux pollutions d'origine agricoles, ces dépenses supplémentaires pourraient atteindre 494 €/ménage ou encore 215 €/personne, soit un surcoût de près de 140 % de la facture d'eau… Là encore que font les politiques pour permettre une péréquation des factures d'eau afin de ne pas pénaliser fortement une minorité. A quand une facture d'eau qui tient compte de l'équilibre des territoires et des densités de population?

Au même moment on apprend que le gouvernement a publié le décret qui va permettre d'augmenter les quantités d'azote épandues sur les terres agricoles, et va à contre-courant des efforts de réduction des nitrates dans les eaux.

il est trop simple de montrer du doigt les agriculteurs, alors que les politiques, mais aussi chacun d'entre nous pouvons faire un effort pour préserver la ressource eau. Cela passe par le bulletin de vote, mais aussi par notre responsabilité d'économiser l'eau en commençant par surveiller notre consommation et notamment de traquer les fuites d'eau (30% de la consommation en France)!

Rédigé le  26 fév. 2012 12:00  -  Lien permanent

Commentaires

En fait cela revient à faire payer par le consommateur via sa facture d'eau des soit disant baisses de prix des produits agricoles que l'on attend toujours !
Il y a quelque chose qui tourne pas rond ....
Publié par : nathan - 18 oct. 2011 22:11
l'eau est déjà trop chère il faudrait aussi agir sur les compagnies des eaux, Véolia, Suez ... pour voir les marges extraordinaires !
Publié par : théo - 20 oct. 2011 13:44
Tout cela relance aussi la taxe pollueur-payeur !
il faudait pas qu'elle soit une hausse du budget des agences de l'eau qui risque de se noyer sans effet productif .... Donc il faut l'affecter à la réduction des niveaux effectifs de pollution en aidant les agriculteurs. Ainsi le niveau des redevances pollution diminuera à terme et ces redevances auront alors un impact plus faible sur le prix de revient des activités agricoles.
Publié par : roger - 26 oct. 2011 8:32
le coût de l’eau pour les consommateurs n'a pas fini d’augmenter ! Les agences de l’eau sont en train de voter leur neuvième programme qui fixe les orientations de leurs budgets pour six ans. L’agence Loire-Bretagne prévoit une augmentation de 29 % de la redevance des consommateurs, et l’agence Seine-Normandie une hausse de 24 %. Pour la première fois, les associations ont refusé de voter ces budgets. “ Constatant que les programmes précédents ont permis de faire régresser les pollutions urbaines et industrielles, mais n’ont pas entraîné de baisse significative des pollutions d’origine agricole.
Publié par : agora - 26 oct. 2011 15:30
Trop facile de prendre les entreprises agricoles pour des non-responsables.

igepac accuse l'AGRICULTURE ouvertement ( et non l'agriculteur d'autan ), c'est une évidence pour les usagers ruraux qui payent leur eaux à 20 ( vingt ) euros le mètre cube parce qu'elle provient de lieux situés à plusieurs dizaines de km. De nombreux articles des blogs igepac sont en accord avec vos arguments, sauf celui de réduire notre consommation. Quant aux 30% de fuites, le consommateur n'est pas responsable directement de la gestion des réseaux.

Vous avez la chance d'être un heureux consommateur d'eau à 3 euros le m3

Ce commentaire fait suite à votre remarque sur igepac.com

Sachez tout de même que la contribution à la redevance de pollution aux Agences de l'Eau est quasi nulle pour l'Agriculture et que les particuliers payent plusieurs MILLIARDS d'euros aux différentes Agences !!!
Publié par : Pierre - 26 oct. 2011 20:01
Et si on parlait agriculture biologique, car c'est le mode de production le plus performant face aux dégâts sanitaires et environnementaux des pesticides et des engrais chimiques. Pourtant, elle est fortement défavorisée par le dispositif d’aides de la Politique Agricole Commune (-40% d'aides), même si le bio est légèrement aidé par ailleurs !
Publié par : biom - 27 oct. 2011 16:20
il n'y a pas que les nitrates. Il y a aussi les herbicides et pesticides. Dans l'Union Européenne, 65% des eaux souterraines dépassent les limites autorisés. En Martinique et Guadeloupe, les quantités déversées à l'hectare sont bien supérieures à celles de la métropole, et on continue à y utiliser des pesticides interdits tels que le chloredone (cancérigène certain, et toxique pour les foetus). de plus, la bas les filtres à charbon sont inexistants et des taux de cent fois la norme sont courants dans l'eau du robinet. Et encore, dans les pays développés le DDT a été très vite interdit, alors que dans certains des états de l'Inde on a trouvé dans les eaux souterraines des taux de DDT supérieurs de mille fois à ce qui est estimé sans danger. Signalons que les USA n'ont imposé des tests de taux que sur 33 pesticides alors qu'il en existe des milliers. Malgré cela, dix millions d'américains boivent une eau qui est déjà au dessus de ces normes. Donc il est temps d'agir !
Publié par : martine - 3 nov. 2011 13:19
Et le gouvernement qui vient de signer un décret paru au Journal officiel le mardi 11 octobre et qui assouplit les normes d’épandage en élevage : Désormais c’est la surface agricole utile (SAU) et non plus une surface d’épandage plus restreinte qui sera prise en compte pour calculer le plafond d’épandange. Cela va permettre d’augmenter de 20% les quantités d’azote épandues sur les sols !
Publié par : homa - 4 nov. 2011 13:41
Le gouvernement français souhaite ponctionner en 2012 une partie de la redevance de pollutions ! Avec les quelques milliards d’euros que versent les consommateurs d’eau aux Agences de l’Eau sous forme de et autres taxes. C’est une sorte de TVA sur la pollution dans le but de rembourser les dettes d’une gestion nationale incontrôlée depuis des années et qui est devenue également locale. Les Agences de l’Eau vont refuser d’aider les agréculteurs ou bien l’assainissement non collectif au même niveau que le collectif, prétextant le manque d’argent, mais vont donc aider le gouvernement. Faut pas pousser !
Publié par : alfred - 10 nov. 2011 11:44
en plus on a à nouveau l'Europe sur le dos :
La Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction contre l’Etat «au motif de l’insuffisance présumée des programmes d’action pour protéger les eaux de la pollution par les nitrates d’origine agricole».

Publié par : quimperois29 - 22 fév. 2012 17:29
On a même la double peine !

En 2007, la France avait déjà été condamnée par la Cour européenne de justice à une amende de 28 millions d’euros ainsi qu’à une astreinte journalière de 117 882 euros. Une amende que Paris devra régler en cas de nouvelle condamnation. Le gouvernement préfère payer plutôt que de mécontenter le monde rural en réformant le modèle agricole, et c’est la double peine, puisqu’il faut aussi payer le ramassage des algues vertes chaque été sur les plages.

Publié par : quetiers - 22 fév. 2012 17:31
en france il est interdit de mettre plus de 170 unitées d'azote a l'hectare,nos collégues européens ont des dérogations pour mettre 250 unitées a l'hectare, alors que l'europe fasse aussi le ménage !
Publié par : finist292 - 28 fév. 2012 17:18
les phosphates c'est la faute de tous: les habitants (déchets, assainissement, lessives etc ...), les usines et les agriculteurs (lisier). Plus facile de faire de la mousse en tapant que sur les agréculteurs que sur tout le monde !
Publié par : europverte - 28 fév. 2012 17:21
avec le secteur de l'eau qui est le troisième plus corrompu après l'armement et le BTP, je pense qu'il faudrait taper ailleurs que sur les agriculteurs pour les problèmes liés à l'eau
Publié par : eauvive - 8 avril 2012 19:59
que chacun balaie devant eulent sa porte, entre les politiques, les industriels et aussi les citoyens qui veulent tout et son contraire ....
Publié par : agri16 - 14 avril 2012 18:02
Ne pas jeter la pierre aux agriculteurs et aux éleveurs? D'accord, mais ceux-ci doivent admettre qu'il faut en terminer avec les techniques de surproduction et revenir à des techniques moins agressives pour l'environnement. Il faut qu'ils soient encouragés, aidés par l'état, je suis d'accord. Mais il faut qu'ils jouent le jeu, et qu'ils admettent que continuer comme ils le font actuellement ne peut que nous mener à une catastrophe environnementale majeure. Alors essayons collectivement de faire bouger les choses !
Publié par : agrivml - 15 avril 2012 9:02
En France, les plages bretonnes envahies d’algues vertes sont désertées par les touristes. Elles deviennent en revanche le lieu de rendez-vous à la mode pour les candidats au suicide écologique.
Publié par : eurios - 10 juillet 2013 17:28

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site