www.activeau.fr
5.0www.activeau.fr4.59

Qui consomme vraiment l’eau dans le monde ?

 
 
Plus de 20% de l'eau consommée sur notre terre est englouti par des produits destinés à l'exportation. Et l'importantion de la sorte des biens gourmands en eau, les pays développés mettent sous pressions des zones fragiles souvent dépourvues de politiques de conservation de cette ressource rare. Voilà les conclusions d'une étude, publiée le 13 février dans les Proceedings of the national academy of sciences, qui modélise les flux d'eau autour du globe et met en évidence les disparités dans son utilisation.

En partant d'indicateurs commerciaux, de données démographiques et de statistiques sur l'usage de l'eau, quelle soit souterraine, de surface mais aussi de pluie et celle recyclée, une équipe de chercheurs de l'université de Twente aux Pays-Bas a quantifié et cartographié l'empreinte mondiale sur l'eau à une échelle géographique ultra fine.

Les résultats sont éloquants : entre 1996 et 2005, 9 087 milliards de mètres cubes d'eau ont été consommés chaque année à travers la planète. L'agriculture en a englouti 92 %, notamment du fait de l'irrigation intensive des céréales telles que le maïs, le blé ou le riz (27 % de l'utilisation d'eau douce), ainsi que de la production de viande (22 %) et de produits laitiers (7 %).

Les Etats-Unis, qui ne représentent que 5 % de la population mondiale, constituent le troisième consommateur d'eau douce (1 053 milliards de m3 par an), après les beaucoup plus peuplées Chine (1 207 milliards de m3) et Inde (1 182 milliards de m3). Ramenée par habitant, la consommation américaine d'eau s'élève à 2 842 m3 annuels, contre1 089 m3 pour la Chine, 1 071 m3 en Inde et 1 385 m3 en moyenne mondiale, comme le montre la carte de la consommation d'eau de chaque pays, par an et par habitant :

Bien au-delà de la consommation directe d'eau, pour un usage domestique ou agricole, le cœur du problème tourne autour du concept d'eau virtuelle, c'est-à-dire de la quantité d'eau utilisée pour fabriquer un bien de consommation. Environ un cinquième de l'eau consommée dans le monde est ainsi de l'eau virtuelle, échangée entre les pays sous forme de produits agricoles ou industriels.

Cela vaut notamment pour les produits alimentaires. Un kilo de bœuf nécessite ainsi 15 500 litres d'eau,un kilo de porc, 4 900 litres, le poulet, 4 000 litres, le fromage, 4 900 litres et le riz, 3000litres. En les important, les pays consommateurs sous-traitent à la fois la production alimentaire mais aussi les risques environnementaux et économiques qui peuvent découler de la surexploitation de réserves limitées en eau.

Cette carte montre les importations nettes en eau virtuelle et la direction des flux les plus importants (supérieurs à 15 milliards de m3 par an), liés au commerce de produits agricoles et industriels, entre 1996 et 2005 :

Les pays les plus dépendants de ces ressources sont, comme on pouvait s'y attendre, les îles et les régions désertiques : Malte, qui dépend à 92 % de l'eau virtuelle, le Koweït (90 %), la Jordanie (86 %) et Israël (82 %). Mais certains des pays qui possèdent les plus vastes ressources en eau au monde importent aussi de larges quantités d'or bleu. Le champion de la consommation est les Etats-Unis, qui importe 234 milliards de m3 chaque année. Suivent le Japon, qui importe 127 milliards de m3, l'Allemagne (125), la Chine (121), l'Italie (101), le Mexique (92) et la France (78).

De l'autre côté de la balance, les pays qui exportent le plus d'eau virtuelle sont les Etats-Unis qui, avec 314 milliards de m3 par an compense plus que largement ses importations, la Chine (143 milliards de m3 par an), l'Inde (125) et le Brésil (112).

Au final, les auteurs de l'étude, Arjen Hoekstra et Mesfin Mekonnen, ne proposent pas de solutions directes pour limiter la consommation d'eau, virtuelle ou pas. Ils font surtout valoir que cartographier de manière précise l'empreinte eau de l'humanité permet aux Etats de connaître les risques de dépendances qu'ils encourent alors que la diminution des ressources devient une préoccupation internationale.



Situation de l'eau en France

Pour l'instant la situation hydrologique en France n'est pas encore trop critique. Nos ressources en eau restent suffisantes, mais très inégales et c'est réellement ce qui pose problème. Nous bénéficions en moyenne de 480 milliards de m3 d'eau pluviale par an. Le stock des eaux souterraines est évalué à environ 2000 milliards de mètres cubes, et celui des eaux de surface stagnantes (lacs naturels, grands barrages et étangs) à 108 milliards de mètres cubes.

Le potentiel d'économie d'eau n'est pas à ce jour très connu, notamment dans les pays industrialisés très consommateur d'eau. En France, les esprits s'ouvrent grace notamment à l'association 60 millions de consommateurs, qui dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d'eauet préconise la pose de matériel d'économie d'eau part des mouseurs économiques sur les robinetset des écoplaquettes sur WC.

  Si vous souhaitez des informations sur le matériel d'économie d'eau, cliquer ci-dessous:

eau économisée sur la douche

eau économisée sur les robinets

eau économisée sur les WC

et aussi

Simuler les économies d'eau, d'énergie et de CO2

Mesurer les débits d'eau

N'hésitez pas à contacter activeau pour tout information.


Partager


Déjà client ? Entrez votre e-mail et mot de passe :Première visite ?Enregistrez-vous
Recevez notre lettre d'informations.

Code promotionnel